O-Hermy-Love-Dray-O

Blog de O-Hermy-Love-Dray-O

    SONDAGE pour les cours sur un catalogue immobilier https://goo.gl/forms/oFJivGHrnGsY5QHx2 seulement 2min merci :) (24/10/2017)

  • 22210 visits
  • 42 articles
  • 1143 hearts
  • 10171 comments

Bienvenue ! 25/01/2009

 

 

Bonjours chers lecteurs,
Nous avons tous aimé Drago et Hermione dans Harry Potter. Alors j'ai décidé de faire une fiction sur eux.

titre : ROMÉO ET JULIETTE
 ( fiction finie )

petit résumé :
Deux êtres totalement opposés, mais pourtant si proches. Par leurs naissances, ils sont destinés à être ennemis. Leur différence les poussent à se défier, mais braveront ils leur ultime défi ? L'amour qui nait entre eux est bien réel, et attire beaucoup de jalousie. Un simple accident va changer leur vie.
Lorsque la personne que vous aimez le plus au monde vous oublie, que vous reste-t-il ?
A travers un univers de magie, d'amour et d'amitié, venez découvrir l'histoire d'un amour qui a vu le jour entre les deux camps...


Je vous souhaite une bonne lecture !


O-Hermy-Love-Dray-O


Merci à le-bazar-des-mondes pour ce magnifique montage !!

Sommaire 25/01/2009

Chapitre 1 : Le départ 24/01/2009


 
Chapitre I : Le départ
 
 



     Le soleil se lève à peine, une jeune fille ouvrit les yeux à cet instant. Elle regarda son réveil qui se trouvait sur le chevet à gauche de son lit. Le réveil affichait 6h34. La jeune fille se leva, traversa sa chambre et s'approcha de son miroir mural. Elle se regarda dans celui-ci. Ses cheveux bruns tombaient en cascade sur ses épaules. Ses yeux couleur chocolat avaient une lueur éblouissante.
Elle sortit de sa chambre et se dirigea vers la salle de bain qui se trouvait à l'autre bout du couloir. Elle en ressortit une heure plus tard...
Elle portait une petite jupe noire qui lui arrivait mi-cuisse et un dos nu rouge, laissant voir ses formes de jeune femme de 17ans.
Sa valise était posée sur son lit. C'était une grande valise remplie de robes noirs, de plumes, de livres, et de divers objets.
Une voix s'éleva du salon :
- Chérie ! Viens prendre ton petit déjeuner !
     La jeune fille sortit de sa chambre et se dirigea vers le salon. C'était une pièce éclairée et vaste. Au centre, il y avait une grande table où étaient assis les parents de la jeune fille. La mère pris la parole :
- Hermione, assis-toi ma puce.
La jeune fille, Hermione, s'essaya à côté de sa mère, et commença à déjeuner en silence. Mais quelques minutes après, Hermione sentit un regard sur elle. Elle détourna les yeux, et croisa le regard de son père. Celui-ci lui demanda :
- On t'a entendu cette nuit.
Hermione baissa les yeux, elle trouva soudain son assiette très intéressante.
- Tu as encore fait un cauchemar, repris le père d'Hermione, n'est-ce pas ?
- Oui, répondit Hermione tristement.
- Ma puce, intervint la mère d'Hermione, tu devrais nous en parler, se serais...
- NON ! Hurla Hermione. Je n'ai pas besoin d'en parler !
     Elle se leva brusquement et se dirigea vers sa chambre. Elle aperçut un hibou perché à sa fenêtre. Elle ouvrit la fenêtre, et attrapa la lettre que tenait le hibou. Sans attendre, l'oiseau disparut et Hermione ouvrit la lettre :

Bonjours mademoiselle Granger,
Pour cette année à Poudlard, vous serez préfet en chef. Vous devrez vous rendre dans le compartiment des préfets durant le trajet dans le train. Vous partagerez aussi vos appartements avec votre homologue masculin, préfet en chef de Serpentard, Monsieur Malefoy. Je vous souhaite une bonne journée.

Mme McGonagall


Hermione resta sans rien faire durant quelques instants, puis s'effondra sur son lit. Comment vais-je tenir une année avec cette fouine ? Pensa Hermione. Elle ne put réfléchir plus longtemps, car sa mère frappa à la porte, entra, et lui dit :
- Ma puce, c'est l'heure, tu devrais y aller sinon tu vas arriver en retard.
- Oui maman, j'y vais.
Elle ferma sa valise après y avoir rajouté quelques livres et quelques accessoires de magie. Elle se redressa vivement, et s'aperçut qu'elle ne s'était ni coiffer, ni maquiller. Elle sortit donc sa baguette, et en quelques sorts, elle fut maquiller et coiffée d'un chignon laissant tomber quelques mèches. Elle prit sa valise et retrouva ses parents dans le salon. Elle leur dit :
- Je vous enverrai bientôt une lettre.
- Essai de voir avec tes professeurs pour ces cauchemars, fit sa mère.
     Hermione tressaillît à l'idée de son rêve. Elle secoua la tête, dit au revoir à ses parents, puis transplana.


Le décor changea, Hermione se retrouva à la gare. Il était 7h55. Le train partait bientôt, elle devait se rendre dans le compartiment des préfets. Elle ne put faire un pas qu'elle se retrouva entouré de bras.
Une voix lui dit :
- Oh ! Hermione, tu m'as manqué !
- Ginny ! Toi aussi !
Ginny lâcha Hermione et la regarda.
- Mais ? Tu as quelque chose de changer...
Hermione lui sourit et lui répondit :
- Je n'ai pas changé !
- Si, si ! T'es yeux ont...ils sont différents, dit Ginny.
- Qu'est-ce qu'ils ont mes yeux de différent ?
- Je ne sais pas trop, mais j'avais jamais vu sa chez toi, comme si tu étais amoureuse !!!
- Oh non !! Je ne suis pas amoureuse ! Rougi Hermione.
- C'est qui l'heureux élu ???
- Ginny je ne...
- Hermione !!!
Hermione se retourna est aperçut Harry et Ron. Elle les prit tous deux dans ses bras. Harry lui dit :
- Hermione ? Tu es...changé !
- Ah non ! Ne t'y met pas toi aussi ! Hurla Hermione à son ami qui resta choqué de sa réaction. On va être en retard, allons-y ! Ah ! Au faite, je ne partage pas le même compartiment que vous, je suis préfet en chef !
- Wahoo ! C'est génial, mais pourquoi tu nous la pas dis ?

Hermione ne répondit pas, elle partit et entra dans le train. Ginny, Ron et Harry restèrent sans bouger. Ils se regardèrent et Ron demanda à Ginny :
- Qu'est-ce qu'elle a ?
- Je ne sais pas...
Ils n'eurent pas le temps de parler plus longtemps, que 8h00 sonna à la grande horloge. Les trois amis coururent jusqu'au train.

Pendant ce temps, Hermione entra dans le compartiment des préfets. C'était une longue pièce avec deux canapés, un à droite et un à gauche. La pièce avait deux couleurs, bleu et jaune. Deux couleurs qui s'unissaient parfaitement. Hermione aperçut une jeune fille assise sur le canapé bleu. Cette jeune fille lui demanda :
- Bonjours, désolée mais...tu n'es pas dans le bon compartiment.
- Heu... à bon ?
- Oui, tu es à Gryffondor.
- Mais ? Comment le sais-tu ? Demanda Hermione.
- Sur ta robe tu as l'écusson de Gryffondor.
Hermione regarda sa robe puis lui dit en rigolant :
- Oui ! Je n'y pensais plus !
- Moi je suis à Serdaigle, dit la jeune fille.
- Tu as dit que je n'étais pas dans le bon compartiment, il y en a un autre ?
- Ici, c'est le compartiment de Serdaigle et Pouffsoufle.
Hermione se sentit bizarre à cet instant. Elle semblait penser à quelque chose mais ne put y penser longtemps car la jeune fille l'interrompit :
- Sa va ?
- Oui ! Oui ! Donc je vais me rendre dans le compartiment de Gryffondor et de...
- ...Serpentard, dit une voix derrière elle.

chapitre 2 : L'homologue masculin. 25/01/2009


Chapitre II : L'homologue masculin.


     Hermione se retourna. Son regard fut plongé dans un océan glacial, dans des yeux d'un bleu d'acier. Elle recula quelque peu, et vit qui se trouvait devant elle. C'était le prince des Serpentard, Drago Malefoy. Elle le trouvait si différent, si grand, si...mignon. Quoi ? Mais comment puis-je penser ça ? Se demanda Hermione.
- Alors espèce de sang de bourbe, tu ne sais plus quoi dire devant un mec aussi sexy ?
- Beurk ! Mais t'es malade ou quoi ? Toi, Sexy ? T'es pas bien !
- Comment tu oses me tenir tête, espèce de...
- Hum, hum !
     Drago se retourna est vit le professeur McGonagall. Il baissa la tête et la laissa entrer dans le compartiment. Drago et Hermione se placèrent à côté de la jeune fille de Serdaigle.
- Où est l'autre préfet ?
- Il n'est pas encore arrivé madame, répondit la jeune fille.
- Bien donc je repasserai plus tard vous voir, quant à vous, Mr. Malefoy et Miss Granger, venez avec moi.

     Tous trois sortirent du compartiment. Ils longèrent le couloir, puis McGonagall les fit entrer dans un autre compartiment. C'était la même disposition que l'autre compartiment sauf que la pièce était colorée de rouge et or d'un côté, et de l'autre côté vert et argent. Les couleurs n'étaient pas mélangées contrairement au compartiment des Serdaigle et Pouffsoufle.
- Voilà, installez-vous ! Et, pas d'insultes !
Hermione et Drago approuvèrent en même temps. McGonagall partit et ferma la porte. Au même moment, Drago dit à Hermione :
- On en était où Granger ?
- Tu étais en train de d'excusé de m'avoir insulté, dit Hermione avec un sourire.
- Tu crois que je m'excuserais devant toi ? Salle sang de bourbe !
- J'aurais espéré...
Drago s'avança dangereusement vers Hermione et la plaqua contre le mur de façon à ce qu'elle ne puisse plus bouger.
- N'espère rien de moi Granger !
- Je l'avais bien compris, espèce de brute !
Il enfuit sa tête dans les cheveux de la rouge et or, et s'enivra de leur parfum, tandis qu'Hermione avait arrêté de respirer. Drago la lâcha subitement et sortit du compartiment en disant :
- Ose dire un mot de travers durant l'année, et je te tue salle sang de bourbe.

Il disparut et Hermione resta seule. Elle attendit quelques instants pour sortir, étant sur que Malefoy était partit. Elle se rendit dans le compartiment de ses amis.
- Ah ? Hermione ?
- Je suis désolée pour tout à l'heure, je suis un peu préoccupée, dit Hermione en s'assaillant à côté de Ginny.
- Qui a-t-il ? Demanda Ginny.
- En ce moment je fais toujours le même cauchemar chaque nuit, expliqua Hermione.
- Tu peux nous en parler tu sais, dit Harry.
- Je...je...je ne veux pas en parler, désolée.
- Bonbon ou friandise ? Demanda une voix dans le couloir.
Harry ferma la porte du compartiment, et se retourna vers Hermione et lui dit :
- Si tu ne veux pas en parler, ce n'est pas grave.
- Merci, dit Hermione.
- Alors comme ça, tu es préfet en chef ? Interrogea Ron qui changea de discussion.
- Oui et tu sais avec qui ?
- Non, dit le nous, dit Ginny. J'espère que c'est un mec trop canon !
- Et bien...commença Hermione, c'est Malefoy...
- Quoi ? Cette fouine ?? Hurla Harry.
Ron, Harry et Ginny est stupéfait. Seul Ron trouva la force de dire quelques mots :
- Et c'est lui qui te met dans cet état ?
- Non Ron, elle te la dit, c'est son cauchemar, répondit Ginny.
- Heu...je suis désolée, mais je dois aller le rejoindre, dit Hermione.
- Quoi ? Parce qu'en plus il te donne des rendez-vous ? Hurla Ron.
- Non, non, mais on doit encore discuter avec McGonagall.
- Si il te touche ce salop, il aura affaire à moi ! Dit Ron fièrement.
Ginny, Harry et Hermione éclatèrent de rire. Une fois le fou rire passé, Hermione les quitta, et rejoignit Malefoy dans le compartiment, en espérant que ce dernier ne l'approcherais plus d'aussi prêt.

     Elle le trouva allongé sur le canapé vers et argent. Il semblait dormir profondément. Ne voulant ni le réveiller, ni s'attirer des ennuis, elle attrapa un livre, s'assis sur le canapé rouge et or, et lu.
Cela faisait dix minute que Hermione lisait, une voix l'interrompit :
- Oh Granger ! Tu es la ? Je ne t'ai pas entendu arriver !
- C'est parce que tu dormais en ronflant comme un cochon.
Drago se leva, pris le livre d'Hermione, et le jeta à travers le compartiment, il poussa Hermione de façon à ce qu'elle soit allongée, et que lui soit sur elle. Elle se débattait, mais Drago était plus fort qu'elle. 
- Ne t'avais-je pas prévenu Granger ?
- De quoi ?
- De ne pas me parler comme ça !!
- Oh ! Pardon sa seigneurie, vous n'êtes pas un cochon, dit Hermione en rigolant, vous êtes un gros porc !!
- Espèce de salle sang de bourbe ! Je me vengerais ! Tu verras !
- Vais-je subir le même sort que toutes les filles qui sont passé dans ton lit ? Provoqua Hermione.
- Jamais une sang de bourbe n'entrera dans mes draps, et toi encore moins !
- Je n'ai aucune envie de rentrer dans tes draps espèce de fouine ! Dit Hermione.
- Pourtant, les filles de l'école ne s'en sont jamais plain, elles ont étaient satisfaites.
- J'aimerais bien savoir quel sortilège tu as utilisé pour les satisfaire, avoua Hermione.
- Pas besoin de sortilège, murmura Drago.
     Il passa une main entre leur deux corps, frôlant la jupe noire d'Hermione. Cette dernière frissonna. Il descendit sa main doucement, il fut surpris de la douceur de la peau d'Hermione. Il ne put aller plus loin car il entendit des pas dans le couloir. Il se leva vivement, et s'essaya sur le canapé vert et argent. Hermione se redressa, le sourire aux lèvres. La porte s'ouvrit, et McGonagall entra avec deux robes de sorciers. Elle leur donna et leur dit :
- Voila vos tenues, ce soir, vous distribuerez les emplois du temps.
Elle partit. Drago regarda Hermione qui souriait toujours. Il lui demanda :
- Alors Granger ? Sa ta plu ? T'en veux encore, hein ?
     Sur ces mots, elle lui tourna le dos, et entreprit d'enlever son haut. Sentant que Drago ne réagissait pas, elle l'enleva, et se tourna légèrement, montrant ainsi sa poitrine à peine couverte par un soutient gorge rouge. Elle osa jeter un ½il au Serpentard, et vit qu'il était assis à son fauteuil, la fixant en silence. Avec un sourire au coin des lèvres, elle fit glisser doucement sa jupe. C'est alors que Drago se leva en vitesse, et vint se coller derrière elle.
     Il l'enlaça de ses bras puissants. Il passa une main sur son ventre, et glissa ça tête au creux de son cou. Hermione quant à elle, continuait de sourire.
     C'est alors que des bruits de pas se firent entendre de nouveau dans le couloir, et instinctivement, Drago s'écarta d'Hermione, ce qui fit rire aux éclats la jeune fille. Elle se tourna vers lui, sa robe de sorcier dans les mains pour cacher sa poitrine.
- Je rigole parce que tu es un trouillard ! Au moindre bruit il n'y a plus personne !
     Le Serpentard s'énerva.
- DRAGONICHOUNET !!!!!!
     La voix dans le couloir n'était autre que Pansy, qui cherchait désespérément son "collège de chambre".
- Je m'occuperais bientôt de toi, crois-moi !
     Sur ces mots, le vert et argent sortit de la cabine, et alla rejoindre Pansy. Hermione finit de se préparer, le sourire aux lèvres après avoir gagné cette manche. Une fois prête, elle sortit à son tour de la cabine.
 




chapitre 3 : Le cauchemar. 26/01/2009



Chapitre III : Le cauchemar.
Hermione avançait vivement dans le couloir, et retrouva le compartiment de ses amis, et entra. Elle fut surprise de ne trouver que Ginny.
- Coucou Mione !
- Salut ! Tu es toute seule ?
- Oui, ils cherchent Neville. Et maintenant que l'on est toutes les deux, tu veux bien me dire ce que tu as ? Demanda prudemment Ginny.
- C'est ce cauchemar...
Hermione s'essaya en face de Ginny, elle lui raconta :
- Dans mon cauchemar, je suis face à Voldemort. Il me regarde en riant, contant de voir que je suis attachée devant lui. Puis une personne apparaît, je ne vois pas qui c'est...mais cette personne s'approche de moi, et me dit quelques mots. Je sais que ce sont des mots tristes, puisque je me mets à pleurer. Et soudain, un éclair vert jailli de je ne sais où. Et...je me réveil...
- C'est un cauchemar bizarre, avoua Ginny.
- Je sais, et à chaque fois que je me réveil, je tremble, je me sens bizarre.
- Si j'ai bien compris, tu es devant Tu-Sais-Qui, une personne vient te voir et ...
- ...et puis plus rien, termina Hermione.
- Étrange...
La porte s'ouvrit et Harry et Ron rentrèrent.
- Coucou Mione, tu vas mieux ? Demanda Ron.
- Oui, sa peux aller.
- Ravis de l'entendre, dit Harry. Et Malefoy ?
- Quoi ? Interrogea Hermione, espérant que la salle fouine n'avait pas déjà raconté son petit numéro de tout à l'heure.
- Bah, oui ! Il ta touché ? Il t'a insulté ? Questionna Ron.
- J'ai su me débrouiller, avoua Hermione.
Harry et Ron se regardèrent, puis Harry lança :
- Si tu as su te débrouiller, c'est qu'il ta fait quelque chose !
- Rien d'important, ne t'inquiète pas, dit Hermione avec un sourire. Oh ! On arrive, je dois le...rejoindre...
- Ok ! Dit Harry, Ginny et Ron en ch½ur.
Hermione sortit à nouveau du compartiment de ses amis, et alla rejoindre Malefoy. Quand elle entra, il n'y avait personne. Où est-il celui-là encore, pensa Hermione. Une voix derrière elle :
- On me cherche Granger ?
(* merde * pensa Hermione)
- Oui je te cherchais, on doit prendre la calèche ensemble, expliqua Hermione.
- Ah...d'accord, et bien, passe ! Je te suis !
Hermione était surprise. Malefoy, son ennemie de toujours, aurait-il fait preuve de gentillesse et de galanterie envers elle, une simple sang de bourbe à ses yeux ?
- Heu...Malefoy ? Ça va ?
- Rêves pas trop Granger, on doit montrer l'exemple, donc quand il y a du monde, c'est cool.
Il se pencha à son oreille et lui murmura :
- Mais lorsque l'on sera seuls, tu en baveras espèce de petite allumeuse !
Elle passa devant lui le sourire aux lèvres et ils longèrent le couloir. Ils sortirent du train et rejoignirent les calèches.

Chapitre 4 : L'arrivée à Poudlard 07/02/2009




Chapitre IV : L'arrivée à Poudlard
 



Ils montèrent dans la première calèche, puis patientèrent quelques instants. Ils s'attendaient à ce que quelqu'un monte avec eux, mais personne ne les rejoignit. La calèche avança doucement, et ils prirent la direction du château.
- Alors Granger ? Contente d'être avec le plus sexy des garçons ?
- Pff ! Tu me fais vomir espèce de sale fouine.
Drago s'avança dangereusement vers Hermione, et la fit tomber sur le sol de la calèche. Mais celle-ci s'accrocha à sa robe de sorcier, et il tomba avec elle. Leurs tenues se déchirèrent sous le choc. Il était maintenant sur elle, elle se débattait, mais en vain.
- Ne t'avais-je pas prévenu, sale sang de bourbe ?
- Prévenu de quoi gros con ? Dit Hermione qui se débattait de plus en plus.
Drago sortit sa baguette, et la pointa sur Hermione en lui disant :
- De me parler correctement !
- Pourquoi ferais-je un effort ? Si toi tu m'insultes quand tu veux ?
- Parce que je suis supérieur à toi Granger. Contrairement à toi, moi, je suis un sang pur !
- Tu n'es qu'une ordure ! Lança Hermione.
- Je sais ...
     Drago la regarda intensément, puis regarda sa tenue. Sa robe remontait jusqu'à ces cuisses, et le haut de sa robe laissait voir partiellement son soutient gorge. Quant à lui, Hermione avait déchiré tout le côté droit, ce qui dévoilait sa musculature.
- Tu n'as que de la bouche !
- Pardon ? Dit Drago d'un ton agressif. Et toi, tu ne me fait pas ton petit numéro d'allumeuse ?
     Il laissa sa main se balader sur la jambe de la rouge et or, et remonta jusqu'à sa cuisse. La jeune fille frissonna une nouvelle fois sous les caresses de son homologue, ce qui ne lui échappa pas. Avec un sourire il lui dit :
- Finalement, je ferais une exception pour toi.
     Elle l'interrogea du regard.
- Je te ferais bien passer dans mon lit.
- Ahh ! Plutôt mourir !!
Drago se leva et pointa sa baguette sur elle en disant :
- Si tu veux sa peut s'arranger !!
Hermione sortit à son tour sa baguette.
- Je sais me défendre !
- Moi je sais attaquer !
- Et bien vas-y Malefoy, t'attends quoi ? Le déluge ?

A ce moment-là, la calèche s'arrêta, et Hermione est Drago furent secouer. Les portes de la calèche s'ouvrir par magie, et rapidement, la jeune fille lança un sort pour raccommoder sa tenue. Drago fit de même et sortit le premier. Il alla rejoindre Crabb et Goyle, ses acolytes. Hermione sortit après lui, et rejoignit Harry, Ron, Ginny et Luna.
- Bonjours Mione, dit Luna.
- Salut ça va ?
- Oui très bien ! Tu as passé de bonne vacance ?
- Heu...mis à part quelques cauchemars, ça va, répondit Hermione.
- Des cauchemars ? Raconte-moi tous !
- Non, intervint Ginny. On doit se rendre dans la grande salle, notre Mione est préfet en chef !
- Wahoo ! C'est génial, attention à ton badge, peut être que des Nargulls voudront te le piquer.
Luna s'en alla, l'air rêveur. Ginny et Hermione se mirent à rire, et Ron et Harry également. Ron demanda :
- Qui sait ce que c'est un Nargulls ?
- Aucunes idées ! Dit Harry.
- On ne t'a pas vu prendre la calèche, tu étais où ? Demanda Ginny à Hermione.
- J'étais avec la fouine, j'ai dû la prendre avec lui.
- Pas de chance, dit Ron en rigolant.
Harry et Ron partirent en direction du château. Hermione voulu les suivre, mais Ginny la retint par le bras. Ginny lui dit :
- Il faut que l'on parle.
- De quoi ? Demanda Hermione.
- De Malefoy !
- Qu'est-ce qu'il a Drago ?
- Comment ? Tu l'appel par son prénom ? C'est nouveau ça !
- Heu...bah...on doit faire un effort tous les deux, on doit éviter de s'insulter devant les élèves, expliqua Hermione.
- Ah, d'accord. Tu sais, depuis qu'on est à la gare, t'a passé beaucoup plus de temps avec lui qu'avec nous, alors qu'avant, tu faisais tout pour l'éviter.
- Tu crois que ça me fait plaisir d'être avec cette fouine ? Demanda Hermione d'un ton sévère.
- J'en ai l'impression. Et puis, ta vue comme tu le regardes ?
- Comment ?
- On dirait que t'es amoureuse de lui, avoua Ginny d'un air sérieux qui déstabilisa Hermione.
- Moi ? Amoureuse de ce...ce crétin ? Jamais !
- Bon si tu le dit, conclu Ginny.

     Les deux jeunes filles se dirigèrent ensemble vers le château. Elles ne dirent aucuns mots, elles restèrent silencieuses.
Elles traversèrent le château, et arrivèrent dans la grande salle où tout le monde étaient réunis.
La grande salle comprenait cinq longues tables en bois. Les quatre premières étaient alignées. La première à gauche était celle de Serpentard, a côté, celle de Gryffondor, encore à coté, celle de Pouffsoufle, et celle de droite, était celle de Serdaigle. En face, perpendiculaire aux autres tables se trouvait la table des professeurs.
Ce jour-ci, le plafond était illuminé, et des dizaines de centaine de bougies flottaient dans les airs.
Hermione et Ginny allèrent rejoindre Harry et Ron à la table des Gryffondor. Elles saluèrent leurs amis, et s'essayèrent.

Au même moment, McGonagall se leva et dit :
- Chers élèves, nous allons procédés comme chaque année, à la répartition des élèves de première année. Mais avant cela, je voudrais vous présenter les préfets de chaque maison, tout d'abord, le préfet de Serpentard, M. Drago Malefoy.
Drago se leva, salua son "public", et se rassit.
- Ensuite le préfet de Gryffondor, Miss Hermione Granger.
Hermione se leva et fit un signe de la tête aux professeurs.
- Ensuite le préfet de Serdaigle, Miss Alicia Floripa.
La jeune fille de Serdaigle se leva et salua la salle.
- Et pour finir, le préfet de Pouffsoufle, M. Grégory Olividaro.
Personne ne se leva.
- M. Olividaro ? Appela McGonagall.
Mais personne ne répondit. Tous les élèves scrutaient la salle, à la recherche de ce Grégory Olividaro.
- Miss Floripa ? Interrogea McGonagall. Avez-vous vue M. Olividaro ?
- Non madame, il n'était ni dans le compartiment, ni dans la calèche.
McGonagall semblait inquiète, mais elle ne le montra pas longtemps. Elle reprit :
- Donc nous allons commencer la répartition des élèves.

La grande porte s'ouvrit, et laissa rentrer une poignée d'élèves. McGonagall installa le tabouret et le choipeau magique. La répartition commença.
- Où est le préfet en chef de Pouffsoufle ? Demanda Ron à Hermione.
- Je n'en sais rien, répondit-elle. Mais j'espère qu'il ne lui est rien arrivé.
- J'espère aussi pour lui, intervint Ginny.
La répartition des premières années était terminée. McGonagall se leva et dit :
- Que le banquet commence !
Soudain, des mets somptueux apparaissaient sur les tables, et tous les élèves mangèrent. Hermione leva les yeux vers McGonagall. Elle vit qu'elle faisait signe au préfet de la suivre au dehors de la grande salle. Hermione se leva, et la rejoignit, suivit de Drago et Alicia.
- Qui a-t-il Madame ? Demanda Hermione.
- Ce n'est pas normal que M. Grégory ne soit pas là. Je l'ai vu dans le train et avant de prendre les calèches.
- Mais il n'était pas dans le compartiment Madame, dit Alicia.
- Je sais, il était dans un compartiment au fond, seul.
- Mais madame, on ne l'a même pas vu aux calèches, intervint Drago.
- C'est vrai Madame, nous étions seuls dans la calèche, avoua Hermione.
*D'ailleurs je m'en souviens...pensa Hermione*
- Comment ça ? La calèche était pour les quatre préfets ! Dit McGonagall.
- Je ne suis pas monté avec eux, Madame, avoua Alicia. J'ai attendu Grégory, mais il n'est pas venu donc je suis monté avec des amies, puisque la calèche des préfets était déjà partit.
- Monsieur Grégory est descendu le dernier du train, il a pris la dernière calèche, qui était vide, le garde-chasse Hagrid l'a vu, expliqua McGonagall.
- Donc il doit être dans le château, dit Hermione.
- Oui, c'est exact. Je vais vous demander de le chercher si cela ne vous ennuie pas, avoua McGonagall.
- Bien sûr Madame, dit Drago.
- Miss Granger et M. Malefoy, vous chercherez ensemble, en étant les deux préfets en chef, vous devez travailler ensemble. Quant à vous Miss Floripa, vous chercherez seule.
Les trois préfets approuvèrent en même temps. McGonagall les laissa et regagna la grande salle.


Amour vs Haine 07/02/2009

Play the video
 

 
Je suis tombé sur cette vidéo il y a 3 ans, quand j'ai commencé mon Dramione, et depuis, j'ai toujours autant de frisson quand je la regarde =)

chapitre 5 : La guerre est déclarée 07/02/2009




Chapitre V : La guerre est déclarée

 
   Les trois élèves se séparèrent. Alicia resta au rez de chausser, tandis que Drago et Hermione montèrent au premier étage.
- Fait chier cette McGonagall, dit Drago.
- Pourquoi ?
- Elle me colle avec toi. J'aurais était beaucoup mieux avec Alicia, on ne se serait pas ennuyé.
- Ben t'as cas la rejoindre, avoua Hermione.
- Pour cette fois, je me contenterais de rester avec toi.

Hermione se retourna sauvagement vers lui et sortit sa baguette qu'elle pointa contre lui.
- Écoutes Malefoy, j'en ai marre d'accord ? Ou tu t'arrêtes, ou tu crèves ! A toi de choisir.
- Tu oses te mesurer à moi, le grand prince des Serpentard ?
- Dois-je te rappeler que pour l'instant, tu es sans défense, dit Hermione avec un sourire.
Drago observa la situation, et remarqua que pour une fois, elle avait raison la Miss Je-sais-tout. Il n'avait pas eu le temps de sortir sa baguette. Mais il prit quand même le risque de la sortir.
Ils se retrouvèrent face à face, la baguette de l'un pointé sur l'autre. Ils ne bougeaient plus. Drago dit en riant :
- Nous voilà à égalité, espèce de sang de bourbe !
- Que faites-vous tous les deux ? Surgit une voix derrière eux.
Drago et Hermione se retournèrent et virent M. Rusard.
- Vous devriez être dans la grande salle, en train de manger comme les autres, dit Rusard.
- Nous sommes préfets, nous cherchons un élève qui n'était pas à la grande salle, avoua Hermione en rangeant discrètement sa baguette.
- Menteuse ! Vous étiez en train de pointer vos baguettes, vous alliez vous attaquer, dit Rusard en voyant la baguette de Drago.
- Nous nous sommes emportez, Monsieur, dit Drago.
- Que cela ne se reproduise plus, en tant que préfet, vous deviez montrer l'exemple. Sur ce, bonne soirée.

     Rusard disparut dans un couloir sombre. Drago attendit quelque instant avant de dire :
- Tu as eu de la chance Granger, une seconde de plus, et tu aurais été morte.
- C'est toi qui a eu de la chance, je n'aurais fait qu'une bouché de toi.
- Bon, Rusard a raison, arrêtons! On doit montrer l'exemple. Cherchons Grégory.
     Pour une fois, Hermione été d'accord avec lui, et ils se remirent en route.
Cela faisait deux heures qu'ils cherchaient Grégory, mais aucun signe de lui. Ils décidèrent de se rendre dans le bureau de McGonagall.
Ils n'eurent pas le temps d'arriver jusqu'à son bureau, que McGonagall croisa leur chemin, en compagnie d'Alicia.
- M. Malefoy, Miss Granger ? Des nouvelles ?
- Non Madame, rien, avoua tristement Hermione.
- Ce n'est pas grave, il doit être dans le château, peut être le verrons-nous demain au déjeuné, dit McGonagall.
     Drago et Hermione se regardèrent, ils ne savaient vraiment pas où était ce Grégory.
- Miss Floripa, vous pouvais regagner vos appartements, ils sont au 3ème étages, le mot de passe est "Harmonie".
- Bien Madame. Au revoir.
     Alicia s'éclipsa. McGonagall regarda les deux préfets en chef et leur dit :
- M. Rusard m'a raconté ce qui s'est passé dans les couloirs, avez-vous une explication ?
- Nous nous sommes disputé Madame, avoua Hermione.
- Et cette dispute valait-elle la peine d'un duel de sorcellerie ?
- Non, dirent Hermione et Drago en même temps.
- Miss Granger, quel était la cause de cette dispute ?
- Et bien... on...
- C'est ma faute, Madame, avoua Drago.
McGonagall regarda Drago, et lui dit :
- Vous venez de faire preuve de franchise M. Malefoy, pour cela, je vous excuse, mais que ça ne se reproduise plus.
- Très bien Madame, dit Drago.
- Voici les emplois du temps de Gryffondor et Serpentard. Vous devez les distribuer ce soir.
Elle leur donna un tas de feuille et s'éloigna.

- Bon, Granger, je m'occupe de Serpentard, toi de Gryffondor, ok ?
- Oui.
Drago et Hermione se séparèrent. Drago pris la direction des cachots, tandis que Hermione pris la direction de la tour de Gryffondor.
Hermione arriva devant la grosse dame.
- Le mot de passe ?
- "Evolution".
Le tableau pivota sur lui-même, et laissa Hermione rentrer dans la salle commune des Gryffondor.
 
     C'était une pièce circulaire, aux couleurs rouges et or. Il y avait une cheminé, et devant, deux fauteuils rouges et un canapé rouge et or. Dans la pièce, il y avait deux bureaux, et quelques chaises en bois de chêne. Un garçon s'avança vers elle :
- Coucou Neville, ça va ?
- Oui et toi ? Demanda celui-ci.
- Oui très bien !
- Tu ne dois pas être avec l'autre préfet en chef ?
- On distribue les emplois du temps, donc on s'est séparé, expliqua Hermione.
- Et s'est qui l'autre préfet en chef ? La fille, le disparut ou la ...la fouine ?
- Heu...
Hermione se mis a chuchoté :
- C'est la fouine !
- Ah merde ! Fit Neville. Pas de chance.
- Oui tu as raison.
Une jeune fille arriva vers Hermione et lui demanda :
- Bonjours, tu es Hermione Granger ?
- Oui.
- Enchantée de te rencontrer, moi je m'appelle Lola Critz.
- Ravie de faire ta connaissance, dit Hermione.
- On m'a dit que tu étais une fille super intelligente !
- Heu...si tu le dit.

Elle se mit au centre de la salle et dit a tous les élèves
- Je vous laisser les emplois du temps sur le bureau, ne les oubliez pas !
Hermione regarda autour d'elle, elle cherchait quelqu'un, quelqu'un qu'elle ne semblait pas trouver. Neville lui demanda :
- Tu cherches quelqu'un ?
- Heu...oui, sais-tu où sont Harry, Ron et Ginny ?
- Ron et Harry ne sont pas encore arrivés, mais Ginny est en haut.
- Merci Neville.
Hermione monta les escaliers, et se rendit dans le dortoir des filles.
C'était une pièce circulaire, les lits étaient disposés en rond autour du centre de la pièce. Les couleurs ne changeaient pas de la salle commune, elles étaient rouges et or. Hermione aperçut Ginny sur son lit. Elle la rejoignit :
- Coucou Ginny !
- Coucou Mione !
- Sa n'a pas l'air d'aller, je me trompe ?
- C'est à cause de Harry, on dirait qu'il m'ignore, avoua Ginny.
- Mais pourtant, dans le train et au repas, tout allait bien.
- Oui je sais, mais quand j'ai voulu lui parler seule, il voulait à tout prix m'éviter.
- Je suis sûre que ce n'est pas de ta faute, il doit être préoccupé, dit Hermione.
- Ouais je pense...
- Merde je suis encore en retard !
- Encore ?
- Et bien oui, j'avais oublié que Malefoy m'attendait, avoua Hermione.
- Avant tu étais toujours en avance, la ça a changé, dit Ginny avec un sourire.
- Je me mets en retard parce que je ne veux pas le voir.

Les deux amies éclatèrent de rire. Une fois le fou rire passé, Hermione dit au revoir à Ginny et sortit de la tour de Gryffondor.
Cela faisait cinq minutes qu'elle marchait, lorsqu'elle aperçut Harry et Ron.
- Hey ! Les garçons !
- Oh Mione !
- Vous devriez être dans la tour de Gryffondor à cette heure-là, dit Hermione en riant.
- Désolé, on est allé faire un tour, dit Ron.
- Harry ? Je peux te parler ?
- Oui bien sûr.
- Je m'en vais, a tout à l'heure Harry, à plus Mione !
- Ciao ! Dit Hermione.
- De quoi il s'agit ? Demanda Harry.
- Ginny a ...
- Merde !! Le rendez-vous !
- ???
- Ola ! Elle va me tuer, j'y vais vite, merci Mione.
- De rien, dit Hermione en rigolant.

     Hermione continua son chemin, et se rendit dans ces appartements. Elle espérait fortement ne pas tomber sur Drago.
Elle arriva devant un tableau qui représentait un serpent vert et argent enroulé autour d'un griffon rouge et or aux ailes déployées. Le fond du tableau était de quatre couleurs mélangées : vert, rouge, argent et or. Hermione dit le mot de passe :
- "Réconciliation".
     Le tableau pivota sur lui-même, et Hermione découvrit la salle commune. S'était une vaste pièce ronde, au couleur rouge et vert ; deux couleurs qui s'unissaient à merveille. La cheminé était sur la droite. Devant celle-ci, ce trouvait deux canapés, l'un vert et argent, l'autre rouge et or. Un grand bureau était installé sur le côté gauche. Sur celui-ci se trouvait une lampe, quelques feuilles, des plumes, et deux ou trois livres ouverts. Au centre de la pièce, il y avait une petite table ronde, entourée de deux chaises en bois. Sur la table il y avait des parchemins et des plumes éparpillés. Au fond de la pièce, il y avait une porte entourée de deux immenses bibliothèques recouvertes de livre.

     Hermione n'en revenait pas, il y avait tellement de livres. Elle se dirigea vers la porte du fond. Elle y découvrit des escaliers qui menaient à un petit couloir. Au bout du couloir, il y avait trois portes. Celle de gauche était sans doute la chambre de Drago, puisqu'il y avait l'écusson de Serpentard. Celle de droite était celle d'Hermione, la porte portait aussi l'écusson de Gryffondor.
Hermione se demanda ce qu'il y avait derrière la porte du milieu. Elle décida de l'ouvrir. A sa plus grande joie, elle y découvrit une salle de bain immense. Au centre de la pièce, il y avait une grande baignoire, entourée de nombreux robinets. Sur le côté gauche se trouvait une armoire sur lequel des serviettes rouges et vertes étaient posées. Sur la droite, il y avait un grand miroir.
Hermione décida de rentrer dans sa chambre, lorsqu'elle ouvrit la porte, elle fut comblée de ce qu'elle vit.
C'était encore une vaste pièce. A gauche, se trouvait une grande bibliothèque ornée de livre de toutes tailles. En face, il y avait un grand lit deux places, et de chaque côté était posé deux chevets en bois. Sur la droite, il y avait une fenêtre, ainsi qu'une grande armoire.
Toute la pièce était, bien entendu, rouge et or, aux couleurs de la lionne.
Hermione aperçut un mot posé sur son lit. Elle le prit et le lu :

Salut,
Tu étais en retard, McGonagall est passée, je te dirais ce qu'elle m'a dit demain. Je suis allé me coucher, ne fais pas de bruit, ok !?
Bonne nuit.
Drago.

PS : Désolé pour le dérangement dans la salle commune, je rangerais demain matin.


Hermione reposa le mot de Drago. Elle se dirigea vers son armoire et en sortit une nuisette rouge qu'elle enfila. Puis elle se glissa dans les draps, et s'endormit...

Chapitre 6 : Premier cours de Potion 08/02/2009




Chapitre VI : Premier cours de potion



...elle le voit venir...il s'avance vers elle lentement...elle ne distingue pas son visage...mais... elle entend ses mots...elle se met à pleurer...elle le voit lever sa baguette...puis...un éclaire vert...
Hermione se réveil en sursaut. Elle tremble...elle a peur...
Elle entendit du bruit dans la salle commune, alors elle décida d'aller voir qui était à l'origine de ce bruit, bien entendu, elle en avait déjà une petite idée...
 
Lorsqu'elle sortit de sa chambre, elle descendit les escaliers et arriva dans la salle commune. C'est là qu'elle vit Drago, assis à la table du milieu, essayant de ranger du mieux qu'il pouvait son désordre de la veille.
- Qu'est-ce que tu fais ? Lui demanda Hermione.
Il sursauta. Et lui répondit :
- Je range, ça ne se voit pas ?
- Heu...oui...
- Sa va toi ? Demanda Drago.
Hermione était surprise que Drago lui demande comment elle allait, mais elle n'en fit rien paraître, elle se contenta de répondre :
- Oui.
- Menteuse.
Hermione le regarda curieusement. Il reprit :
- Je t'ai entendu, tu as hurlé presque toute la nuit.
- Heu...je...je...
- Ouais je sais, t'as fait un cauchemar, mais hier je t'ai dit de ne pas faire de bruit ! Dit Drago.
- Pardon sa seigneurie, Je ne voulais point vous mètre dans cet état, dit Hermione d'un ton ironique.
- Pff ! Tu devrais aller prendre un bain, ça te changeras les idées. Puis tu en profiteras pour mètre autre chose, dit Drago en la déshabillant littéralement du regard.
Hermione se regarda, et vit en effet qu'elle portait toujours sa nuisette rouge. Elle repartit en courant dans sa chambre, prépara ses affaires, et se rendit dans la salle de bain...
...elle en sortit trente minutes après, elle portait un jean bleu clair, et un haut noir à fine bretelles.
Elle se rendit dans la salle commune. Elle vit Drago assis sur le canapé vert et argent. Elle alla s'asseoir sur le canapé rouge et or.
- Enfin fini, Granger, il était temps, fit Drago.
- Je ne t'ai rien demandé !
- Mais on dirait que tu recommences...
- A quoi faire ? Demanda Hermione.
- A me parler mal !

Il se redressa et s'approcha d'Hermione. Il se pencha vers elle, et plongea son regard dans le sien. Leurs visages étaient à quelques centimètres l'un de l'autre. 
- Ecoute Granger, tu vas te calmer, ce n'est pas une petite sang de bourbe qui va me tenir tête.
- Je n'ai pas peur de toi !
Il se redressa et pris la direction de sa chambre. Hermione se leva également, et alla en direction de la sortit. Drago lui dit :
- McGonagall voudrait que l'on organise le bal d'Halloween ensemble.
- Débrouilles-toi tout seul !
Elle sortit de la salle commune pour se rendre à la grande salle.

Lorsqu'elle arriva à la grande salle, les trois quarts des élèves étaient présents, et déjeunaient tranquillement. 
Hermione rejoignit Ginny et Ron.
- Coucou les amis !
- Salut Mione, dirent Ron et Ginny d'une même voix.
- Bien dormi ? Demanda Hermione.
- Oui très bien ! Répondit Ron avec un sourire.
- Pff ! Tu parles ! On l'entendait ronfler de notre dortoir ! Avoua Ginny.
- C'est pas vrai ! Rugit Ron.
-Bon, ça va, j'ai compris, fit Hermione. Harry n'est pas là ?
- Heu...il dort encore, dit Ron.
- Coucou les amis ! Dit Neville qui venait d'arriver.
- Salut ! Dirent les autres.
- Ron, je peux te parler s'il te plaît ? Demanda Neville.
- Ouais. Attendez les filles je reviens, dit Ron.
Hermione et Ginny regardèrent Ron et Neville s'éloigner. Hermione commença à déjeuner. Ginny lui demanda :
- Et toi tu as bien dormi ?
- A vrai dire...non...
- Raconte.
- Toujours le même cauchemar, mais aujourd'hui c'était pire, avoua Hermione.
- Pourquoi ? Demanda Ginny.
- Lorsque je me suis réveillée, je suis allé dans ma salle commune, et il y avait Dra...Malefoy.
- Il t'a insulté ?
- Non, mais je n'étais pas dans la bonne tenu pour le voir ! Dit Hermione.
- ???
Hermione se rapprocha de l'oreille de Ginny et lui murmura :
- En nuisette !
Ginny éclata de rire, suivit d'Hermione. Une fois le fou rire passé, Ginny lui demanda :
- Et il a dit quoi ?
- Qu'il m'avait entendu hurler pendant mon cauchemar, et que je ferais bien de me changer.
Ginny éclata encore une fois de rire. 
Elles continuèrent à discuter de tout et de rien, lorsque Hermione réagit :
- Le préfet de Pouffsoufle est là ou pas ?
- Non, toujours pas...

     Hermione semblait inquiète. Elle ne connaissait pas se jeune homme, mais elle se faisait déjà du souci pour lui. Hermione regarda l'heure, elle dit à Ginny qu'elle partait en cours, puis sortit de la grande salle.
Son premier cours était : Potion, avec Rogue. Elle se demandait déjà combien de points il allait enlever aux Gryffondor.
Hermione fit un petit détour dans le château, espérant trouver par hasard le jeune préfet, Grégory. Mais elle se rendit vite compte qu'elle était en retard à son premier cours. Elle se mit à courir dans les couloirs, pour finalement stopper devant une porte fermée, où elle frappa deux fois.
- Entrez !
Hermione entra doucement, elle vit les élèves de Gryffondor et Serpentard assis devant leurs chaudrons. Elle aperçut le professeur Rogue et lui dit :
- Pardon de mon retard.
- Si vous ne trouvez pas une excuse convenable, Miss Granger, il y aura 20 points en moins pour Gryffondor, dit Rogue.
- Je cherchais le quatrième préfet, avoua Hermione.
- Bonne excuse, mais il y a quand même un retard, donc j'enlève 10 points pour Gryffondor.
Hermione soupira.
- Etant préfet, vous vous mettrez au côté de M. Malefoy, dit Rogue.
Elle se dirigea vers le fond de la salle, où se trouvait Malefoy. Elle s'assit à côté de lui et sortit ses affaires. Drago chuchota :
- Tu le cherchais vraiment ?
- J'ai fait un détour en le cherchant, avoua Hermione.
- Et tu l'as trouvé ?
- Miss Granger ! Fit Rogue.
Hermione leva la tête et le regarda.
- Vous arrivez en retard et vous vous permettez de prendre la parole, reprit-il. 10 points en moins pour votre insolence Miss. Granger.
Hermione soupira de plus belle. Drago la regarda tristement et lui dit en chuchotant :
- Désolé, c'est ma faute. Tu la trouvé ou pas ?
Hermione fit un signe négatif de la tête. Et tous deux se replongèrent dans le cours de potion qui n'était pas passionnant pour un sous...